jeudi 7 avril 2011

Une ceinture pour voir son bébé grandir

Une ceinture pour voir son bébé grandir
Si aujourd'hui on se demande bien à quoi ressemble son enfant pendant la grossesse, la technologie et les designers pourraient bien mettre fin à la croissance en aveugle du futur enfant. Melody Shiue, designer industriel de l'Université australienne de Sydney "New South Wales", a imaginé ce produit baptisé PreVue, qui réalise une sorte d'échographie permanente du nourrisson. 
Elle résume sur un schéma les composants nécessaires à la conception de sa ceinture ventrale. Tout d'abord, elle envisage une couche sensible capable de transmettre les mouvements du foetus. Cette couche sensible serait reliée à un circuit électronique souple chargé d'interpréter les informations et de les transmettre à l'écran, lui aussi souple. Le défi étant de réaliser des composants à la fois fins et suffisamment légers pour ne pas gêner la mère dans ses mouvements.

Pour Melody Shiue, cet appareil pourrait permettre aux parents de connaître les réactions de l'enfant pendant la grossesse. L'écran est activable ou désactivable à souhait, de sorte qu'on ne serait pas obligé de voir le foetus à tout moment. Pour en savoir plus, la créatrice a créé une page web dédiée

jeudi 2 décembre 2010

Retrouver ses vieux jeux vidéo

jeux abandonware
 
Abandonware France propose en libre téléchargement des jeux du temps jadis, complètement sortis de la commercialisation. Très pratique pour les joueurs nostalgiques, il permet de retrouver quelques pépites comme l'excellent Daggerfall, tous les premiers Ultima, des jeux d'arcade ou encore d'aventure d'il y a 10-15 ans. © Capture du site Abandonware France
univers physique
 
Scale of Universe est une très intéressante animation flash, permettant de découvrir l'espace, de l'infiniment petit (yoctomètre (le plus petit, soit 0,000 000 000 000 000 000 000 001mètre) à l'infiniment grand, le yottamètre, soit 1 000 000 000 000 000 000 000 000 mètres. En passant bien entendu par tous les intermédiaires. C'est instructif, et proprement vertigineux ! © Capture du site Scale of Univers

Tous les jeux vidéo cultes

jeux cultes
 
Good Old Games est un site précieux, rassemblant tous les jeux PC qui ont marqué l'histoire du genre. Ils sont parfaitement mis à jour et jouables, et se trouvent à petit prix. On retrouve en vrac : les Fallout, Baldur's Gate, Caesar 3, Beyond Good and Evil, les Disciples, les Gabriel Knight, les UFO et bien d'autres. © Capture du site Good old Games

mardi 15 juin 2010

L'exposition précoce à la télévision a des effets négatifs et durables sur les très jeunes enfants

Pour des enfants plus intelligents et plus minces, éloignez-les des écrans de télévision lorsqu'ils sont petits. En effet, une étude aux résultats consternants, menée par des spécialistes de la petite enfance de l'Université de Montréal, du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et de l'Université du Michigan, parue dans Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, révèle que l'exposition à la télévision dès l'âge de deux ans est lourde de conséquences pour les enfants et peut se solder par des difficultés de scolarisation et de mauvaises habitudes pour la santé.
Chez les enfants d'âge préscolaire, nous avons découvert que chaque heure passée devant un écran de télévision correspond à une diminution future de l'intérêt en classe et de la réussite en maths, augmente le risque de victimisation par les camarades de classe, favorise la sédentarité et la consommation d'aliments mauvais pour la santé et, enfin, augmente l'indice de masse corporelle, déclare Linda S. Pagani, auteure principale de cette étude, professeure à l'école de psychoéducation de l'Université de Montréal et chercheuse au CHU-Sainte-Justine.
L'objectif de l'étude était de déterminer l'impact futur de l'exposition à la télévision dès l'âge de deux ans sur la réussite scolaire, les choix en matière d'habitudes de vie et le bien-être général des enfants. Entre l'âge de deux et quatre ans, même une exposition marginale à la télé retarde le développement, indique Linda Pagani.

Au total, 1.314 enfants ont pris part à cette recherche qui faisait partie de l'étude longitudinale du développement des enfants du Québec (ELDEQ). Les parents devaient indiquer le nombre d'heures que les enfants passaient devant la télévision à 29 mois et à 53 mois. Les enseignants devaient pour leur part évaluer les habitudes scolaires, psychosociales et en matière de santé des enfants; l'indice de masse corporelle (IMC) a été mesuré à 10 ans.

La petite enfance est une période essentielle pour le développement du cerveau et la formation du comportement, rappelle la professeure Pagani. Une forte consommation de télévision pendant cette période peut déboucher sur de mauvaises habitudes pour la santé. Malgré les recommandations très précises de l'American Academy of Pediatrics en la matière, qui suggèrent de limiter à deux heures par jour la consommation d'images télévisuelles avant l'âge de deux ans, la majorité des parents ne connaissent ni cette recommandation, ni les effets que la télévision peut avoir sur leurs enfants.

Selon l'étude, une consommation excessive de télévision chez les enfants entre l'âge de 2 et 4 ans permet de prédire :
  • une diminution de 7% de l'intérêt en classe;
  • une diminution de 6% de la réussite en maths (sans effets négatifs sur l'apprentissage de la lecture);
  • une augmentation de 10% du risque de victimisation par les camarades de classe (rejet des pairs, taquineries, agressions et insultes par d'autres étudiants);
  • une diminution de 13% de l'activité physique pendant les fins de semaine;
  • une diminution de 9% de l'activité physique générale;
  • une augmentation de 9% de la consommation de boissons gazeuses sucrées;
  • une augmentation de 10% du grignotage;
  • une augmentation de 5% de l'IMC.

Alors que l'on s'attendait à ce que l'impact de l'exposition précoce à la télévision disparaisse après l'âge de sept ans et demi, nous avons été consternés par la persistance des résultats négatifs, déclare la professeure Pagani. En termes de santé publique, ces résultats constituent un argument solide contre l'exposition excessive à la télévision pendant la petite enfance et devraient inciter les parents à tenir compte des recommandations de l'American Academy of Pediatrics à ce sujet.

Puisque l'exposition à la télévision encourage un mode de vie sédentaire, précise la professeure Pagani, il importe de réduire le nombre d'heures que les jeunes enfants passent devant la télé pour éviter qu'ils ne prennent plus tard des habitudes physiques et mentales passives : Il est clair que l'exposition à la télévision se substitue au temps qu'il est possible de consacrer à d'autres activités plus enrichissantes et plus propices au développement cognitif, comportemental et moteur.

L'intérêt de cette étude tient à ce qu'elle confirme les soupçons que l'on avait au sujet de la télévision et que des projets de plus petite envergure avaient déjà mis en évidence. L'étude a opté pour une approche plus complète et a pris en compte plusieurs facteurs parentaux, pédiatriques et sociétaux simultanément, ajoute-t-elle.

L'article - Prospective Associations Between Early Childhood Television Exposure and Academic, Psychosocial, and Physical Well Being by Middle Childhood -, paru dans Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine, est signé Linda S. Pagani, Caroline Fitzpatrick et Tracie A. Barnett de l'Université de Montréal et du Centre de recherche du CHU-Sainte-Justine qui lui est affilié (pour le Canada), avec la collaboration d'Eric Dubow de l'Université du Michigan (pour les Etats-Unis).